Le 20 juin 2013

J'ai choisi comme nouvelle image pour représenté cette étape, celle du soleil se levant sur un champ car pour moi à ce moment-là de ma vie, c'était comme si je m'éveillais sous un nouveau jour et qu'il y aurait du défrichage à faire.

Cette étape-clef c'est vécue du 26 juin 1994 au 8 avril 1995.

Le 8 avril étant le jour du départ du mari et que débuterait alors pour moi une nouvelle expérience de vie.

Durant ce temps, cette étape, je connus de voir de plus en plus et de faire face de plus en plus  à diverses peurs et voir les conséquences selon si je les laissais m'envahir ou si j'allais les dépasser.

Ce fut un temps de ma vie où je me disciplinai énormément afin de retrouver un mieux-être en moi.  Je fis la lecture du Mémorandum durant 100 jours consécutifs et je vis l'effet que cela amena en moi.

Je voulais maintenant voir la vie positivement, regarder les belles choses qui m'arrivaient et surmonter avec sérénité les obstacles qui pouvaient arriver.

Il y eut une semaine de camping en famille.  Cela me fit du bien d'avoir en quelque sorte enfin des vacances et de me balader.  Ce fut une joie de voir la joie des enfants de vivre cela même si j'atteignais  des limites de par la présence du mari.

J'utilisai aussi l'outil que fut "Mutation" pour voir ma progression au fil des semaines et mois.

J'eus la joie d'avoir de belles amitiés dans mon entourage, tel Lyette D. et Martine M. pour m'écouter, me donner des outils, me guider, m'épauler dans mon processus de cheminement.  Il y eut aussi les lettres à une amie du processus "Mutation", qui me furent de bons outils.

De voir des couleurs sur la musique, cela se poursuivait et j'assistai à de superbes spectacles ainsi. :-)

En début novembre j'écrivis ceci dans mon journal intime: "De jour en jour je vais mieux.  De jour en jour je suis plus forte.  De jour en jour je gère mieux mes émotions, je découvre mes peurs qui me bloquent pour me séparer, je les apprivoise tranquillement.  Je rétablis un certain contact avec les enfants."

Ainsi que: "De jour en jour, je prends de plus en plus conscience de mes forces.  C'est sûr qu'il m'arrive encore de paniquer, de laisser mes peurs émotionnelles prendre le dessus mais de plus en plus, je les apprivoise, je transforme mon négatif en positif."

Tout ce travail sur moi me permet enfin de pouvoir discuter de séparation avec le mari, et cela, sans peur, sans trembler intérieurement.

Je m'offre une journée d'atelier "Prendre soin de soi" vers la fin de novembre et j'y vais avec une amie.  Cela me fait du bien, cela me permet de voir que je suis plus forte que je ne le croyais.

J'eus aussi des rencontres devant un café avec des amis (es) et fis de nouvelles connaissances.

Une pensée arriva à moi et j'utilisai beaucoup celle-ci en journée et dans mes journaux intimes:  "Tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix, je t'aime".  Je me la disais continuellement et elle s'intégrait en moi tout doucement.

Je débutai d'écrire des lettres à mes enfants, cela permit de créer un nouveau contact avec eux et je pus voir les effets vers du mieux pour eux.

Au niveau du scoutisme, je reçois des compliments de parents, que leurs jeunes s'épanouissaient sous mon animation, ma guidance.

Je reçois cadeau de la part de mes parents qui me disent, suite à une lettre que je leurs avait laissé, que même s'ils ne comprennent pas, ils sont à mes côtés alors qu'une séparation est en processus de préparation d'avec le mari.

Le temps des fêtes se vit relativement bien et au Jour de l'An, je fais intérieurement mes adieux à la famille du mari.

De nouveaux livres, outils arrivent à moi afin que je poursuive mon cheminement.  La vie place tout sur ma route.

J'apprends à apprivoiser et jouir du silence, de moments en tête à tête avec moi-même.  Je débute l'apprentissage d'être à l'écoute de mes intuitions.

En janvier, je débute des actions pour la machine administrative que sera la séparation et débute le compte à rebours du temps d'ici celle-ci.

L'écriture dans mon journal intime se vit maintenant au quotidien.  C'est une nouvelle habitude que j'entreprends et qui me permet de me faire du bien et de savourer ma propre présence dans le silence.

Je vis de beaux moments avec des amitiés. 

Dans mon journal, j'inscrivais les cadeaux surprise que la vie m'offrait chaque jour.

Grâce à l'outil que sont les rêves, je peux recevoir des messages pour continuer d'avancer et voir où sont encore des blocages afin de les apprivoiser et les dépasser.

Mi-janvier, je débute un cours sur plusieurs semaines.  À travers celui-ci j'y trouve une force d'entraide avec plusieurs femmes. Beaucoup de partages se vivent, d'échanges d'outil de développement personnel pour continuer mon propre cheminement.

À travers ce changement de routine pour les enfants de par mon absence en journée, s'établit de nouveaux contacts avec ceux-ci.  Je vis plus de beaux moments avec eux.

Durant ce cours, en début de février, se vit l'étape de faire chambre à part avec le mari.  Je trouve toute la force en moi pour parler au mari et aux enfants de cette nouvelle étape de vie qui amènera toute une conséquence dans la vie de chacun des membres de la famille. 

Malgré des heures de cours, je trouve l'énergie nécessaire pour être constamment présente, ouverte et patiente avec les enfants et le mari, pour parler avec eux, gérer leur émotions, etc.  Les enfants m'étonnent car ils réagissent très bien à l'annonce de la séparation future d'avec leur père.

Je reçois des félicitations de gens pour mon cheminement.

De par l'entrée d'argent en suivant ce cours, je me gâte et gâte un peu mes enfants.  Cela me fait grand bien de pouvoir faire ces gestes-là.

Déjà d'avoir fait chambre à part, je sens qu'un certain poids c'est alors libéré de mes épaules et je continue de me sentir de mieux en mieux avec moi-même.

Mi-mars, le mari m'annonce qu'il partira en avril et non pour le 1er juillet.  Je me sentie soulagée, le délai d'ici son départ raccourcissait de beaucoup.

Je trouvai la capacité en moi de "lâcher prise" afin de mieux vivre chaque jour d'ici son départ.

Tout au long de ces mois que dura cette étape-clef, j'apprivoisai doucement d'aller déjeuner ou même de dîner seule au restaurant.

Dans les derniers jours de co-habitation avec le mari, j'écrivis ceci dans mon journal intime: "J’ai changé c’est vrai et ce que je suis maintenant est beaucoup mieux.  Je m’aime mieux, je m’accepte et j’accepte plus ce que je vis et je vis mieux.  Je ne survis plus, je vis.  J’ai l’impression de renaître une seconde fois."

Déjà mon corps me disait merci de tout le cheminent intérieur parcouru et mon mieux être se reflétait dans le fait que j'avais aminci et perdu du poids.

Le 8 avril est le jour du déménagement du mari.  Mon journal intime du présent se terminait. Un autre allait s'écrire et être témoin d'une autre étape-clef de ma vie, d'une nouvelle forme de vie pour moi.

Note:   Pour écrire cette page, je me suis trouvée à relire mes journaux intimes et à travers cela, je vois toute la force intérieure, la patience que j'ai pu avoir à l'époque afin de ne point retomber dans le vieux schéma lorsque le mari utilisait la manipulation et le chantage affectif ou son jeu de victime avec moi.

© lumdam 2013