Charlot dans la jungle

Cette année, Charlot a décidé de fêter Noël ailleurs que chez lui. Il s'est bien documenté et a choisi d'aller dans un pays chaud où il n'y a pas trop de touristes. Nous voici donc à l'aéroport pour dire au revoir à Charlot. Celui-ci a beaucoup de bagages, on le croirait prêt à partir en expédition. "Mais voyons Charlot, lui dis-je, tu n'as pas besoin d'autant de bagages pour aller en vacances." Charlot me regarde avec de gros yeux. "Écoute ma fille, me dit-il, lorsqu'on va dans la jungle africaine, il faut être prêt à tout." Oups! Voilà l'appel du vol de Charlot. Je lui souhaite vite un "Bonnes vacances" et celui-ci traverse les portes pour se rendre à son avion. J'espère que Charlot s'amusera bien en Afrique.

L'avion s'est posé sur le sol africain. Charlot débarque et aperçoit une personne tenant une pancarte sur laquelle son nom est inscrit. Ah! se dit-il, se doit être mon guide de l'agence Zimbamlou, je vais pouvoir aller à l'hôtel. Rendu à l'hôtel, Charlot défait ses bagages et regarde où sont affichés les plans d'évacuation et les sorties d'urgence. Il est vrai que Charlot est très prudent.

Charlot est bien installé. Il prend donc le temps de lire les brochures remises par le représentant de l'agence Zimbamlou. Mais il est tellement fatigué qu'il s'endort au bout de quelques minutes de lecture.

C'est le matin, Charlot baille, s'étire dans tous les sens. Il regarde par la fenêtre. Youppi! Youppi! C'est vrai, je suis en Afrique. Pour se mettre en forme, il fait ses exercices physiques et s'habille. Il va aller déjeuner car il doit être prêt lorsque l'agence Zimbamlou viendra le chercher pour partir en safari.

Charlot a bien mangé, il est donc prêt pour son safari. Son guide arrive et se présente: "Bonjour, je m'appelle Zazou, venez, mon camion est dehors." Et voilà Charlot parti pour l'aventure. Charlot et son guide arrivent devant une rivière, mais le pont est brisé. Charlot doit donc traverser à pied. Soudain, il perd l'équilibre et se retrouve emporté par le courant. "Attention Monsieur Charlot, lui crie Zazou, il y a des cascades au bout de la rivière..."

Et voilà! Charlot a descendu les cascades et se retrouve devant un village. Les habitants le sortent de l'eau et commencent à lui poser toutes sortes de questions. Charlot doit aussi subir des épreuves afin de leur démontrer qu'il n'est pas un Dieu mais bien un être vivant comme eux.

Charlot a su prouver qu'il était vivant. Les villageois l'invitent maintenant à partager leur repas et à se reposer.

Tout reposé, Charlot s'apprête à repartir pour retrouver son guide Zazou. Mais voilà que les enfants du village lui demande de venir faire l'arbitre pour leur jeu du Bala Goulou, qui se joue avec des branches d'arbres et des oeufs d'autruche. Comme Charlot adore les enfants, il s'empresse de leur dire oui et les accompagne sur le terrain de jeu.

Charlot a bien aimé faire le juge pour le Bala Goulou. Il a bien ri, mais maintenant il aimerait bien retrouver Zazou. Il va donc voir le chef du village afin que celui-ci lui indique par où passer. Celui-ci lui dit que c'est très facile, il n'a qu'à suivre la piste des éléphants tout en écoutant les bruits de la jungle.

En suivant les traces des éléphants, Charlot s'est retrouvé devant un village spécial. Pourtant, il ne voit personne. Il décide donc de faire le tour du village afin de récolter des indices qui pourraient lui apprendre quel genre de personne habite ce drôle de village.

Charlot n'a pas réussi à découvrir qui sont les habitants de ce village. Il reprend donc sa marche et arrive devant un autre village dont les habitants sont en train de fêter. Le chef de ce village s'approche de Charlot et l'invite à partager avec lui son repas et à assister à la fête du Nogozo Elgelzel.

Charlot est prêt pour la fête du Nogozo Elgelzel, mais il n'a pas oublié le drôle de village. Il en parle au chef et celui-ci lui répond: "Ecoute bien l'histoire de la vieille femme du village. Amuse-toi à notre fête du Nogozo Elgelzel et si vraiment ton coeur est heureux, tu apercevras les habitants de ton drôle de village."

Charlot se prépare donc à bien écouter la vieille femme du village.

"Il était une fois, une petite fille du nom de Zoumba. Zoumba est une petite fille comme les autres. Elle a des qualités et des défauts. Elle aime jouer comme les autres. Elle aime danser, chanter. Elle peut rire et pleurer. Elle aide ses parents à la maison. Elle étudie bien à l'école. Mais elle n'a pas d'amies. Pourquoi? Elle veut bien parler aux autres filles à l'école, mais celles-ci s'éloignent dès qu'elle s'approche. Pourquoi? Si les autres petites filles ne veulent pas parler à Zoumba, c'est parce qu'elles sont ignorantes et que les gens qui les entouraient leur avaient inculqué des préjugés car cette petite fille du nom de Zoumba est noire."

Charlot a bien aimé l'histoire de la vieille femme. Sa tête et son coeur se sont ouvert aux malheurs de ce peuple qui ne demande qu'à partager. Désormais, il parlera à ses amis en leur disant de ne pas être raciste.

Le grand chef fait un signe à Charlot. "Regarde là-bas, les guerriers se préparent pour la danse d'amour envers la jungle qui nous entoure."

Le chef du village raconte à Charlot que dans la jungle, lorsqu'on part en expédition, il faut faire très attention, car on peut arriver face à face avec un tigre.

Alors que Charlot écoutait bien attentivement le chef, les femmes assises près de lui se mettent à rire. Elles se souvenaient d'une fois où le chef et ses guerriers étaient revenus verts de peur suite à un face à face avec de drôles d'animaux.

Heureusement, dit le chef tout rouge de honte, ce n'est pas tous les jours que cela nous arrive. Tout à coup, on entend des enfants pleurer très fort. On dirait qu'ils ont peur, mais de quoi? Charlot et les guerriers cherchent partout. Soudain Charlot découvre, caché derrière une hutte, un serpent.

Maintenant que les hommes du village ont délogé l'animal qui faisait peur aux enfants, chacun reprend sa place pour continuer la fête du Nogozo Elgelzel. Tout le village se met à danser et Charlot s'exclame: "Je la connais cette danse, est-ce que je peux moi aussi la danser." Les habitants lui sourient et lui font signe que oui, il peut.

Charlot est tout essoufflé après cette danse, il fait donc comme la plupart des habitants et retourne s'asseoir à sa place. Et puis un homme arrive en courant devant le chef et lui dit: "Ils sont revenus, ils sont revenus." Le chef et les habitants se mettent tous à sourire et à exprimer leur joie. Mais Charlot se demande bien de quoi il s'agit. Il en parle au chef et celui-ci se lève en lui disant de le suivre. Ils traversent une petite forêt et s'arrêtent soudain devant une clairière d'où on entend des cris. Et Charlot aperçoit des singes.

Ceux-ci gesticulent sans arrêt et on dirait qu'ils saluent quelqu'un. En regardant un peu plus près, Charlot entrevoit un grand et gros animal, mais il a de la difficulté à l'identifier. Il fait quelques pas de plus en avant et arrive enfin à la reconnaître. Cet animal est le gorille.

Charlot et le chef retournent au village et reprennent leur place car la fête n'est pas terminée. "Regarde bien Charlot, lui dit le chef, nous allons maintenant procéder à la cérémonie appelant l'animal sacré qui protège nos familles. Pour cette cérémonie, une famille du village devra danser, si elle réussit le rite, l'animal sacré apparaîtra, si non, une autre famille devra danser. Et ainsi jusqu'à ce que l'animal sacré apparaisse."

La première famille a beau danser, Charlot ne voit nulle part la présence d'un animal. Allons donc, se dit Charlot, cette famille ne connaît pas le rite. C'est maintenant au tour d'une deuxième famille de venir prendre place et de danser.

Tout à coup, là sur une grosse branche d'arbre, s'avance doucement l'animal sacré que Charlot reconnaît tout de suite. Il s'agit d'une panthère noire.

L'animal sacré est maintenant reparti dans les profondeurs de la jungle. Le chef dit à Charlot que c'est un bon présage que l'animal soit apparu après seulement deux familles. Maintenant les habitants du village s'apprêtent à manger en paix et ils se disent que sûrement l'esprit du Nogozo Elgelzel viendra les visiter puisque la fête est magnifique.

Charlot est très, mais vraiment très heureux de l'arrivée de l'esprit du Nogozo Elgelzel. Celui-ci est magnifique dans ses habits rouges et sur son dos se ballotte une poche remplie. Charlot se demande bien ce que contient cette poche. Il demande au chef qui lui explique que le sac contient des présents pour tous les gens qui assistent à la fête, même Charlot. Mais pour avoir un présent, il faut procéder à un rite. Chaque personne doit aller voir l'esprit un à la fois. Arrivé devant l'esprit, il faut se présenter à lui en disant notre prénom ainsi qu'une de nos qualités. Cela dit, l'esprit remettra un ou plusieurs présents que l'on ne doit pas ouvrir tant que tout le monde n'a pas passé devant l'esprit. Lorsque Charlot se présente devant l'esprit, celui-ci lui dit: "Ce présent contient la clef du mystère du drôle de village que tu as découvert avant d'arriver ici." Charlot est bien excité, il a bien hâte que tous les habitants aient leurs présents pour pouvoir ouvrir le sien.

Maintenant avant d'aller dormir pour le reste de la nuit, il faut que le village remercie l'esprit du Nogozo Elgelzel afin de s'assurer de sa présence pour l'an prochain.

Charlot se réveille en entendant les habitants du village se préparer à déjeuner. Il décide d'aider les femmes à préparer le repas, à faire la vaisselle ainsi que le ménage du village car il sait qu'après une aussi belle fête, le lendemain, il faut tout remettre en ordre.

Avant de se préparer pour retrouver son hôtel, Charlot décide de remercier les habitants en leur montrant des jeux qu'ils ne connaissent pas.

C'est maintenant le temps de dire au revoir à tous ceux du village. Charlot demande son chemin au chef, celui-ci lui indique un sentier qu'il n'aura qu'à suivre et qui le mènera directement à son hôtel. "Mais attention! lui dit le chef, la rosée du matin l'a rendu glissant." Et Charlot de faire des signes de la main et d'entreprendre sa marche. Tout à coup, le chemin descend et Charlot glisse. Le voilà donc qui dévale le sentier sur les fesses.

Charlot a terminé sa descente, il se relève, s'essuie et s'aperçoit qu'il voit l'hôtel, là devant lui. Il entre donc à l'intérieur et va s'asseoir au restaurant car sa descente lui a ouvert l'appétit.

Charlot est maintenant prêt pour aller prendre l'avion. Mais avant, il se rend à l'agence Zimbamlou afin de leur donner de ses nouvelles et de leur conter ses aventures après qu'il se soit retrouvé loin de son guide Zazou.

Zazou a été très soulagé de voir arriver Charlot sain et sauf. Et pour s'assurer qu'il prendra bien l'avion, il l'escorte jusqu'à la porte de celui-ci. Il décide aussi de ne pas quitter l'avion des yeux tant qu'il ne sera pas haut dans le ciel car jamais, au grand jamais, il n'a eu de mésaventures comme celles qu'il a vécues avec Charlot. Pendant ce temps, dans l'avion, Charlot écrit dans un cahier tout ce qu'il lui est arrivé pendant ces vacances afin de ne rien oublier et de pouvoir tout raconter à ses amis.

© lumdam 2012