En début de l'année 2001, j'avais écrit un peu sur ma mère dans l'écrit "Mes parents".

Et maintenant en novembre 2013, de par le Phénix" du site, je vais écrire sur elle en tant qu'individu seul.

En 2001, j'avais écrit pour mon travail de lumière, que j'avais reçu comme héritage parental, ceci de ma mère:

-créativité à travers la couture, le tricot, la cuisine

-douceur, à l'écoute des autres, générosité, aider les autres

-un certain manque de confiance en elle-même, dévalorisation

-sociabilité

-vivre pour les enfants

-s'oublier pour les autres

-sens de l'équité

-sens de l'organisation

Au fil des années, j'eus à faire, à différentes occasions, du travail sur moi face à des attitudes de ma mère qui me dérangeait.

Lors du décès de mon père en fin d'avril 2012, je me trouvai à être présente pour ma mère et l'aider dans ses différentes actions dans les jours, semaines et mois suivants.  En même temps, je préparais mon aménagement chez elle pour une entente d'un an.

Depuis que je vis avec elle, je travaille continuellement sur moi face à certaines de ses attitudes car nous sommes des opposées sur plusieurs plans.  Même si j'adore ma mère et vois ses beaux côtés, je suis restée des mois accrochée à ne voir que les moins beaux, rire, toute une leçon d'amour pour moi, que ce soit envers moi-même ou envers elle.

À travers elle, je vois aussi qui j'étais au niveau d'un grand manque de confiance en moi, d'un besoin constant d'approbation.  Je vois aussi celle que je suis, dans le don envers les autres, et même dans l'oubli de soi-même alors.

Au moment où j'écris cette page, je vis encore avec elle.  Nos chemins de co-habitation se sépareront bientôt car elle se prépare à vendre la maison pour le printemps prochain et a déjà signé le bail pour son lieu de résidence future où elle se sentira en sécurité.

Au moment où j'écris cette page, je continue encore de travailler sur moi face à ma mère, rire.  Cela devient de plus en plus facile même si je vis encore quelques petites réactions, rire.  J'aime le silence et elle est un véritable moulin à paroles, rire.  Il m'est encore peu facile aussi de me faire respecter sur ce plan là sans me sentir coupable envers elle.

Je me rends compte aussi que je lui sers beaucoup de pilier.  Même si elle fait ces choses, prends des décisions, voit à sa vie, a un cercle de relations, elle se fie encore beaucoup sur moi ou sur mes frères pour recevoir surtout une certaine approbation.  Elle est encore très dépendante de cela.

Elle est comme elle est, c'est ma mère et je l'aime malgré tout.  Elle fut continuellement présente pour moi tout au long de ma vie, même si elle a tendance à s'inquiéter trop parfois, rire.

Elle est un grand maître pour moi en quelque sorte, pour mes leçons d'amour que j'ai encore à intégrer, rire.

© lumdam 2013