Mes Parents

J'ai choisi cette image pour la page de mes parents, car je trouve qu'elle les représente bien. Comme eux, cela dégage sentiment de force, de sécurité, d'apaisement, de calme, de réflexion.

Ils se sont rencontrés il y a plus de 40 ans de cela. Je me dois de raconter  l'anecdote de leur rencontre.  Ils vivaient chacun dans des villes à quelques kilomètres de distance. Ils prenaient tous les deux l'autobus pour aller travailler à Montréal. Ils se connaissaient de vue puisque la copine de la soeur à ma mère le connaissait bien. Un jour, mon père en parfait gentleman s'est levé pour laisser sa place à ma mère, et c'est  cogné la tête sur les supports à bagages. Ce fut les rires et le début de la discussion, par la suite, mon père a demandé  à ma mère pour sortir avec lui. Celle-ci avait déjà un copain, elle s'est empressé de rompre avec pour sortir avec mon père.  Dix mois plus tard, ils se mariaient un 27 décembre 1958. Dans l'année qui suivit, ils achetèrent une maison à St-Eustache, et en octobre 59, je venais au monde. J'ai demeuré à cet endroit jusqu'à mes 15 ans, elle est la maison de mon enfance.

Ma mère est l'aînée d'une famille de 13 enfants, la 14e est décédée quelques mois après sa naissance. À l'âge de 12 ans, elle a quitté l'école pour aider sa mère à prendre soin des enfants, le 10e enfant fut des jumelles.  Par la suite, elle a eu des emplois de bonne chez les riches du village.  Mon grand-père a toujours veillé à ce qu'elle soit bien traitée et heureuse là où elle travaillait. Ensuite, elle a travaillé dans des manufactures de couture, fut même contremaîtresse. C'est aussi à ce moment-là qu'elle a rencontré mon père.

Mon père est au milieu d'une famille de 15 enfants. Il a suivi des études  dans des collèges. Il travaillait comme technicien pour des arpenteurs-géomètres  au moment de la rencontre.

Comment bien exprimer l'essence du couple que sont mes parents ? Ils m'ont élevée dans des valeurs où respect de l'autre, communication, dépassement de soi est intégré à leurs êtres.  J'ai vu ma mère retourner sur les bancs d'école des soirs de semaine et mon père l'encourager à poursuivre ses études. J'ai vu mon père étudier par correspondance pour aller chercher sa cléricature (ce qui  équivalait dans le temps à un baccalauréat) afin de devenir arpenteur-géomètre.  Mes parents m'ont enseigné, transmis l'attitude que même si je suis une fille, je peux poursuivre de hautes études universitaires,  je peux ouvrir un commerce, je peux faire et être autant qu'un garçon.

Mes parents m'ont toujours encouragée à réaliser mes buts, mes rêves. Je les ai vus travailler main dans la main, s'entraider, se soutenir mutuellement à travers les dites épreuves de la vie.

Ils furent  continuellement à mes côtés, même s'ils ne comprenaient pas  toujours le pourquoi de mes actes. 

Lorsque j'avais des doutes sur certaines situations, j'allais les voir.  Mon père a de hautes connaissances de droit.  Ils m'ont appris à  aller chercher les informations pertinentes pour quelle que soit la situation.  Exemple: venait le temps de rénover une pièce de la maison, je faisais le tour des marchands et m'informais des prix des matériaux, ainsi je pouvais établir moi-même un devis des travaux. Lorsque j'ai songé à me séparer, je suis allée voir des intervenants en psychologie, suis allée m'informer auprès d'avocat de mes droits, des actions à faire, de la procédure, etc.

Il leur est arrivé de m'imposer des limites, des interdictions, ils l'ont toujours fait selon leurs valeurs, leurs connaissances, au meilleur d'eux-mêmes,  avec justice.  Je n'ai point souvenir qu'un sentiment d'injustice fut en moi face à mes parents.

Lorsque j'ai eu à renouveller l'hypothèque de ma maison pour procéder au rachat de la part de mon ex-mari. Ils étaient là, prêts à servir de garantie pour moi, ils me faisaient confiance.

Ils sont présents, très présents dans la vie de leurs petits-enfants. Ils passent beaucoup de temps avec eux, vont les chercher le temps d'un  repas, d'une journée où même de passer quelques jours.  Lorsque je suis partie un mois en Europe, ils ont reçu chez eux ma plus jeune pour les jours de semaine, veillé à ce qu'elle soit bien, même donné l'accès à l'ordinateur pour qu'elle m'envoie messages par  internet.

Le couple qu'il forme est l'idéal que je désirais atteindre.  C'est une vie de couple comme ça que je rêvais de vivre. Soutien mutuel, respect l'un de l'autre, dialogue, communication, réalisation de buts et rêves communs.

Mes parents sont des précurseurs dans leur genre. Lorsque mon père  a choisi d'ouvrir son bureau comme professionnel, ma mère lui a servi de secrétaire, vu à l'administration avec lui. Dans notre petite ville, cela ne se faisait pas, aucun avocat, notaire, médecin ou arpenteur-géomètre ne travaillait avec sa femme. Ils ont travaillé ainsi côte à côte pendant des années. Depuis 1 an mon père est à la retraite via son bureau de professionnel mais  continue à enseigner à l'université dans son domaine.

Pour ce qui est de mon cheminement  spirituel,  avec ma mère je peux parler de métaphysique, des âmes des gens décédées puisqu'elle a un certain contact avec son père, avec mon père je peux  parler via le domaine de la pensée, des schémas d'attitudes. Ils sont chacun parfaits là où ils sont rendus dans leur évolution, leurs connaissances et je leur donne le droit de ne pas toujours  comprendre ou accueillir ma vision de la vie.  Respect est mutuel entre nous.

J'arrête ici de parler d'eux car dans  "Héritage parental" je parlerai plus en profondeur de ce qu'ils m'ont  enseigné, légué. (Période-Clef "Prophétie des Andes")

Pour moi, ils sont des parents merveilleux et qui me sont des modèles pour grandir dans l'amour.

Papa, maman, je vous aime.  Merci d'exister. Merci pour tout ce que vous m'avez enseigné, donné.

Cette photo fut prise en été 1997

N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?  Jeunes de coeur et d'allure.

Ok ok, à droite d'eux, c'est moi et la toute petite au sourire angélique c'est ma nièce Caroline, la troisième enfant de mon frère Jean-Pierre.

© lumdam 2001