Mon Adolescence

Et voilà, arrive la période de la transformation, de la découverte de la personnalité, de l'individualité, de la recherche non consciente de qui on est.

C'est aussi la période où on tombe en amour avec les garçons. ho la la :-)

C'est le changement pour l'école des grands.

12-13-14 ans, je suis une adolescente facile, je continue à être l'enfant modèle dans un sens. C'est aussi les premiers amoureux où tout se vit en cachette.  Je  vais chez mes amies et là les garçons nous y retrouvent.  C'est aussi mes derniers  Halloween pour le plaisir de me déguiser.

Je suis trop vieille pour m'inscrire dans les terrains de jeux l'été, mais comme j'aime être entourée de plus jeunes, j'offre mon aide aux animatrices.  Je préfère le groupe de filles d'âges 9-10-11 ans.

Je suis très féminine, j'aime être en robe, le jeans, j'aime pas.

Les amitiés changent  aussi selon les écoles où je vais, j'aime connaître de nouvelles personnes.

Dans les écoles, il y a les  fêtes, avec les amitiés, il y a les partys, se sont les premiers slows aussi.

14-15 ans, à l'école où je suis, la direction et les enseignants expérimentent un nouveau programme.  C'est horaire libre.  C'est aux étudiants à céduler leur cours selon les présences dans tels locaux de tels professeurs pour telles matières.  Ce fut une année, wowww, pour certains l'année s'est vécue surtout hors-cours, pour d'autres, ce fut une expérience de s'organiser, de prendre la responsabilité de son année scolaire.

Il y a un professeur de mathématique que j'aime beaucoup, avec lui  cette matière est pour moi de plus en plus merveilleuse.  C'est décidé, je serai professeur de mathématique plus tard.

Lors des cours de français,  il y avait comme travail dans un sens, de faire  un échange de correspondance.  Donc dans des revues, j'ai trouvé 3 correspondants.  Il y avait une Marie-Claire de mon âge en France, un jeune homme de Turquie, et Jean-Yves Desmet de la Belgique, avec lui j'ai correspondu pendant presque 6 ans, nous avons arrêté en 1980 alors que tous deux, étions pour nous marier.  Depuis que je suis sur internet, j'ai tenté de le retrouver, des amis de Belgique m'y ont aidé aussi. Jusqu'à maintenant,  aucune nouvelle de lui.

Lors de cette année de libre-horaire,  nous formions dans l'école, comme une grande famille.  L'année fut pour moi très riche au niveau des contacts avec les autres. J'ai vécu cette année là,  mi enfant-sage, mi-enfant-rebelle puisque j'ai aussi vécu des temps où je n'allais à aucun cours.  J'ai quand même réussi à passer haut la main mon année scolaire.

L'été qui suivit, même si je n'avais que 15 ans, on m'a engagée comme animatrice pour les terrains de jeux, mes années antérieures à aider, les avaient impressionnés et les responsables me trouvaient assez mature pour  un emploi.   Je fus donc animatrice pendant 3 étés auprès des  filles de 9-10-11 ans.  Dans cet emploi, j'avais à organiser des jeux, des activités pour une quarantaine de jeunes.  Je garde merveilleux souvenirs de cet emploi-là, et je retrouve parfois des jeunes qui eux aussi en gardent merveilleux souvenirs.

Je tente de mettre par ordre chronologique, mais j'avoue que point évident selon ce que ma mémoire remonte de souvenirs.

16 ans,  changement d'école encore pour les 2 dernières années, retour à un horaire rigide comme par le passé.

Nouveau groupe d'amitiés,  parmi eux, un avec qui je passe des heures à parler philosophie.  Il boit beaucoup, inconsciemment je joue au sauveur avec lui.  Je passe plus d'heures à discuter avec lui que d'aller à mes cours.  En janvier, ho la la, mon père arrive à l'école, tant qu'a rien y faire, il me retire de celle-ci et je travaillerai à la maison.  Je ferai le travail de ma mère puisque celle-ci est maintenant secrétaire pour mon père qui vient d'obtenir son diplôme d'arpenteur-géomètre et a ouvert bureau à la maison.

L'année suivante, je retourne à l'école, je redeviens la fille modèle,  je termine mes 2 années et je me tiens avec une nouvelle bande, soit des cadets et cadettes de l'air.  Beaucoup de souvenirs me rattachent à eux.  Je les suivais partout en compétition de drill ou du corps de clairon.  Je faisais partie de la bande même si je n'étais point cadette moi-même.

Ce fut lors des retrouvailles, 25 ans pus tard, avec cette même bande, que ma prise de conscience face à moi-même a débuté.

Afin d'être professeur de mathématiques, me faut suivre les cours de chimie et de physique.  Je trouve moins facile ces matières-là, je décide de changer d'orientation et de me diriger  pour des cours en comptabilité au prochain niveau scolaire, soit le cegep  au Québec. Je serai, soit professeur là-dedans ou comptable.

En même temps, durant ces 2 années, pour les cours de français, je fais étude psychologique d'un auteur et de ses personnages.  J'ai même la collection de ses oeuvres sous un format spécial, soit celles de Guy Des Cars.

À travers ces années-là, je suis plus souvent seule que sortir avec un garçon.  Y'a des soirées où je pleure en me demandant pourquoi.  Ceux que j'aime ne m'aiment pas, et ceux qui m'aiment ne m'attirent pas.

Vers 14 ans, j'avais fait un rêve: près d'une fontaine, je retrouvais un amoureux.  J'ai bien vu son visage et su son prénom, Claude.  Pendant des années il m'a accompagnée le soir pour m'endormir, je me créais des situations auprès de lui, il prenait soin de moi.  Je l'ai cherché à travers plusieurs garçons. Jamais trouvé.  Dans mon cheminement j'ai compris qui il était.

Lorsque j'étais amoureuse ou sortais avec un garçon,  Claude s'effaçait de mes rêveries. Dès que j'étais seule ou malheureuse avec quelqu'un, il reprenait vie  à mes cotés.

Mes rêves de ce temps-là:  être professeur ou comptable, me marier, avoir des enfants, une maison.

© lumdam 2000