Il existe beaucoup de contreverses à son propos dans divers chemins spirituels.  Pour certains, l'ego se doit d'être renié, anéanti complètement, pour d'autres comme moi, il est un allié de ma progression en autant qu'il ne dirige point ma vie.

Dans le dictionnaire, la définition est ainsi:

Philo.: Désigne depuis Descartes le Moi comme sujet pensant

Psycha.: Synonyme du MOI

Dans ma vision, l'ego est cette partie de mon être qui aime donner une belle image, qui a toujours raison, qui est toujours correct, etc...  C'est la partie qui souffre quand on lui dit quelque chose qui ne plaît pas.  C'est la partie qui met beaucoup de masques afin de ne point montrer sa vulnérabilité, sa fragilité, son ignorance sur des connaissances, sur des aptitudes non développées, etc...

Quand on parle d'orgueil, on parle ainsi de l'ego qui s'exprime ainsi.  Dans son livre "Écoute ton corps" Lise Bourbeau nous décrit 2 formes d'orgueil.  Voici quelques extraits de ce qu'elle nous dit à propos de l'orgueil:

"Très peu d'humains aiment entendre parler d'orgueil.  Je n'en ai encore jamais rencontrés qui l'aient complètement maîtrisé.  L'orgueil est une des nombreuses manifestations de la peur mais vient également du côté parfait de l'être humain.  Ce dernier a conscience de lui mais il l'exploite inadéquatement en voulant toujours avoir raison au détriment des autres.  L'orgueil est un autre défaut du plan mental, de l'intellect."

"L'orgueilleux est celui qui se connaît le moins.  Il est tellement infatué de lui-même que toute tentative pour l'éclairer s'avérerait sans succès.  Il ne veut rien savoir.  L'orgueilleux ne tolère aucune contradiction.  Il aime la compagnie des gens qui le flattent.  Le bien fait par quelqu'un, avec le secret désir d'être applaudi et glorifié, se retourne toujours contre son auteur."

"Il existe deux formes d'orgueil:  l'orgueil mental et l'orgueil spirituel.

L'orgueil mental caractérise celui qui pense tout connaître.  Aussitôt que l'on met en doute les connaissances de cette personne, l'orgueil fait surface et c'est le début d'une longue obstination pour faire comprendre son point de vue.

Il est préférable d'être plus conscient car l'être humain est tellement orgueilleux.  On ne peut se débarrasser du jour au lendemain d'un orgueil qui existe depuis des générations et des vies.  On y parvient tout doucement par de petites victoires quotidiennes, en faisant des actes d'amour.

L'orgueil est l'exaltation de ton moi inférieur qui représente ta personnalité, contrairement au "JE" qui représente ton moi supérieur, ton individualité.  À mesure que tu développeras ton individualité, ton orgueil perdra de son emprise."

"Attention à l'orgueil spirituel.  Plus une personne fait de la croissance personnelle, plus elle devient consciente et plus grand est le danger de laisser l'orgueil spirituel prendre le dessus.  Cette personne se sent généralement supérieure aux autres:  "Moi, je suis mieux que toi.  Lui n'est pas aussi évolué que moi."  Ces pensées sont le fruit d'un orgueil spirituel."

"Il est important de faire attention surtout quand tu deviens plus conscient.  Que tu sois d'un grade supérieur à un autre ne veux pas nécessairement dire que "L'être" de l'autre est inférieur au sien.  C'est uniquement son degré de conscience qui est différent.  La pureté de son âme est ausi parfaite que la tienne.  Seule l'expression est différente."

"À l'opposé de l'orgueil, on retrouve l'humilité.  Mais prends garde, bien des gens se considèrent humbles pour camoufler leur peur car en réalité ils sont faibles.  Ils ont tellement peur de se tromper qu'ils se soumettent volontiers.  Donne du pouvoir à ces personnes et elles changent vite.  L'humilité disparaîtra par miracle...  C'est ce qu'on  appelle de la fausse humilité, une autre forme d'orgueil."

"C'est une forme d'orgueil que de vouloir de la reconnaissance."

"Tu dois maintenant réaliser que derrière l'orgueil se cache toujours la peur.  La peur de ne pas être aimé, d'être rejeté, d'être jugé, d'être critiqué, etc..."

À différentes  reprises dans mon cheminement, j'ai mis un pied dans l'orgueil spirituel.  Je croyais que seul moi pouvait aider et sauver un ami, que je devais aller au-devant des gens pour les aider. À chaque fois que j'en prenais conscience, je remerciais l'univers, ainsi je pouvais transformer cela.  Encore à ce jour, je remercie pour chaque prise de conscience quand  je suis dans l'orgueil.

Le 5 avril 1996, j'écrivais dans mon journal:  "Il y a mon ego qui veut que les activités en famille, ce soit moi qui les débourse pour mes enfants.  Je me sens mal de ne pas pouvoir le faire et encore plus si c'est un autre qui paie pour cela, pour moi et les enfants."

Il m'arrive de "flatter" mon ego, cela me permet ainsi de garder confiance en moi, de continuer à m'estimer et m'aimer.  L'important est que cela n'engendre point du nombrilisme, du regardez-moi, de me croire mieux que les autres car cela deviendrait l'ego sous sa plus haute forme.

Lorsqu'il m'arrive une situation où quelqu'un me dit des propos qui me blessent, exemple: que je suis nulle, que je fus incorrect dans une situation; c'est l'ego en moi qui se sent blessé et qui veut répliquer à l'autre en se trouvant des excuses ou en le traitant de menteur ou autre.

Là où l'ego est mon allié dans mon cheminement, c'est que j'ai conscience que c'est lui qui souffre, donc cela me permet de me regarder et voir si la souffrance vient d'une peur, d'une non-estime de moi ou d'ailleurs.

À travers mes différentes lectures, observations et discussions, j'ai pu constater que la définition du MOI et du JE est différente.  Pour certains le JE est de l'ego et le MOI le divin.  Il y a aussi des écrits sur lesquels ils font une différence entre le Moi inférieur et supérieur, l'inférieur étant l'ego et le supérieur le divin.  De mon coté, j'utilise les mots Moi pour l'ego  qui parle et le Je est mon être entier dans sa divinité.

J'ai pu constater à travers mes paroles et celles des autres que lorsque l'on débute une phrase, pensée par "Moi, je..." c'est surtout l'ego qui parle.  Juste à écouter ces 2 mots, je me suis rendu compte que le ton était différent, comme si le Moi se plaçait plus haut que l'autre.  Cette constatation m'a souvent permis de prendre conscience quand mon ego parlait et non mon être divin.  Encore là, les mots ont le pouvoir aussi que l'on veut bien leur donner.

Sur certains plans de ma vie, mon ego s'exprime peu, sur d'autres j'ai encore à le travailler pour le transformer.

J'ai constaté au fil des ans que plus je désire renier, casser, briser mon ego et plus il fait surface et est fort en moi.  Alors que quand je vois son côté allié, il est beaucoup moins présent.

Dans la période présente où j'écris ce texte, j'ai à parler, transformer, travailler sur moi-même à propos de mon ego.  Pour lui, d'être dépendante financièrement d'un homme, cela est négatif.  Il attribue beaucoup cela de par la mémoire de mon vécu.  Alors que ma partie divine sait très bien que si tel est mon chemin afin de poursuivre mon évolution c'est que cela est positif.  Que c'est la façon qu'a choisi mon âme pour pourvoir à mes besoins essentiels en échange de ce que je donne autour de moi.

Voilà, c'est ma vision de l'ego. 

© lumdam 2001-2013