" L'autre est le miroir dans lequel je me regarde.  C'est pourquoi je ne vois que le meilleur en lui, de manière à ce que ce soit aussi ce que je projette moi-même."

 Depuis 7 ans que je chemine, travaille sur moi-même, l'effet "miroir" est une technique, un outil, dont je me suis servi, me sers encore, pour avancer, pour apprendre à me connaître, m'accepter, m'accueillir et m'aimer.  J'ai découvert cet outil à travers mes lectures de la série Écoute ton Corps de Lise Bourbeau et j'ai fait mes propres constatations aussi dans d'autres situations du miroir.

Ce que j'admire chez quelqu'un, sa qualité, son attitude est une qualité, une attitude que je peux développer en moi.  Tout comme je peux choisir de ne point la développer.  Dans le scoutisme, j'admirais une amie, animatrice comme moi, qu'elle soit capable d'affirmer ses idées, les exprimer clairement et foncer pour les amener de l'avant.  En voyant ce miroir, j'ai pu travailler cet aspect de moi et avancer dans cette attitude que je n'avais point.  Dans une autre situation, j'admirais lors de fins de semaine de formation scout, la force d'expression d'une des formatrices, sa façon d'être, de s'exprimer avec un dynamisme parsemé de beaucoup de gestuelles pour transmettre ses connaissances.  J'aurais pu développer cela en moi, j'ai  choisi de continuer à être expressive à ma façon, avec douceur et calme dans un dynamisme moins expressif  mais qui est le mien.  J'aimais qui j'étais ainsi.

L'effet "miroir" est aussi valable dans l'autre sens.  Ce qui me dérange dans l'attitude d'un autre, je peux avoir cette même attitude dans d'autres situations ou ne point vouloir avoir cette attitude. Lorsque mon mari punissait les enfants, perdait patience avec eux, cela me dérangeait beaucoup.  C'était le reflet de ma propre attitude parfois et je ne m'aimais point lorsque j'atteignais ainsi mon seuil de patience.  Je n'aimais pas qui j'étais quand je devenais impatiente.  J'ai appris à aimer cette partie en moi, qu'elle était synonyme de mes limites parfois et aussi que l'impatiente en moi m'amenait à affirmer mes limites, mes besoins à moi.  Il était aussi très pessimiste et cela me dérangeait énormément car je suis quelqu'un d'optimiste.  Je n'acceptais pas en moi d'être pessimiste.  J'ai eu à accepter, accueillir que j'avais aussi le droit d'être pessimiste tout en choisissant de mon côté d'être optimiste.

Lorsque j'ai quitté mon mari, j'avais conscience que je rejetais ainsi des attitudes que je n'étais point prête à accueillir en moi.

Sur le "chat" de Caramail, pendant longtemps, j'ai réagi assez fortement à l'intérieur de moi, lorsque quelqu'un me traitait de "méchante".  Je suis quelqu'un de doux et la méchanceté ne fait point partie de moi, en fait, je n'acceptais point d'être méchante, j'aurais pu, j'en avais le droit.  J'avais choisi de ne point l'être, mais j'avais aussi à accueillir en moi qu'il se pourrait que je le sois parfois, même si point mon choix d'être ainsi.

L'effet "miroir" est aussi un excellent outil pour ceux près de nous.  J'ai pu observer que chacun avait une attitude propre à lui-même pour démontrer son amour.  Ma fille aînée me dira des : Je t'aime maman.  Mon fils, lui, va me serrer dans ses bras.  Ma petite va venir se coller sur moi, me taquiner.  ma mère, se sera par de petits gestes, de petites attentions.  Mon père en partageant ses connaissances et en m'aidant si j'ai une difficulté.  Moi-même, j'exprime mon amour par de l'écoute, des petits gestes, des petites attentions.

Ainsi, je sais que lorsque je dis à ma plus vieille que je l'aime, elle se sent aimée, car je lui exprime mon amour à sa manière.  Mon fils, lorsque je le serre dans mes bras, il se sent beaucoup plus aimé que si je lui dis: je t'aime.  Car alors j'exprime mon amour comme lui l'exprime, et ainsi de suite.

Bien souvent nous retrouvons beaucoup plus dans l'entourage immédiat ces miroirs de nous-mêmes afin de grandir et d'apprendre à accueillir et aimer toutes nos parties de nous.  Plus nous sommes dans l'intimité avec quelqu'un et plus il est un miroir puissant pour nous.  Ce que nous reprochions comme attitudes, ce qui nous dérangeait chez nos parents, nous  retrouverons ces mêmes attitudes chez les conjoints et les enfants.  Ceci afin d'accueillir et d'aimer encore plus.

Lorsque je vivais chez mes parents, je trouvais que ma mère se plaignait trop.  J'ai choisi alors inconsciemment d'adopter l'attitude contraire.  J'ai pourtant retrouvé en  mon mari, la même attitude que chez ma mère.  En vrai, ils n'étaient point si plaignards, mais comme je n'acceptais pas cette attitude en moi, eux me la reflétaient.  J'ai pu observer que lorsqu'en nous une attitude est enfin accueillie, aimée, ce trait disparaît doucement chez l'autre. On ne le voit plus. La vie nous ramènera de temps en temps  quelqu'un avec ce trait afin que l'on puisse prendre conscience si on a vraiment accueilli et accepté cela en nous.

Pour cela aussi que bien des couples dont ce fut l'amour fou au début se séparent ensuite en guerre.  Au début, ils ne voient en l'autre que les beaux reflets de ce qu'ils aiment, lorsque les autres reflets apparaissent, la relation change alors.  Tout est là pour aider à grandir dans l'amour de soi et des autres.

Avec une de mes tantes, je discutais ainsi de l'effet miroir, elle de son côté avait fait une autre constatation.  Chacun de nos enfants, selon leur ordre d'arrivée, leur rang dans la famille est un miroir de différents états de nous-mêmes.  Le premier est miroir de l'être, le 2e du paraître, le 3e du principe masculin ou féminin selon son sexe, le 4e de ce que l'on aurait souhaité être.

Ainsi, ma fille aînée me reflète mon  "être", mon individualité.  Elle dégage tout comme moi un grand charisme et possède en elle une joie de vivre, beaucoup d'écoute envers les autres.  J'ai déjà exprimé à ma fille que j'admirais qui elle était avec beaucoup moins de peurs en elle que j'en avais au même âge, sa capacité à aller au bout des ses rêves.  Elle m'a alors dit, admirer la même chose en moi en me voyant cheminer depuis 7 ans  sur le chemin de mon âme, ma spiritualité.

Mon fils me reflète mon côté du "paraître", ce que les gens vont dire.  J'ai pu constater que lors des situations de conflits avec lui, c'était alors la partie en moi qui se jugeait en tant que mère, ce que les autres pourraient penser de moi dans ce rôle-là si je le laissais vivre sa vie à sa façon.  J'admirais aussi son attitude de rebelle qu'il exprimait car je n'avais su exprimer la mienne au même âge.  J'avais plutôt choisi inconsciemment de rester dans le moule de l'adolescente modèle, de bonne famille, même si à l'intérieur je criais d'être reconnue pour ma différence, qui je pouvais être.

Ma fille la plus jeune est le reflet de mon principe féminin.  J'ai pu constater que lors de conflit avec elle, c'était reflet d'un propre conflit intérieur en moi-même avec ma partie féminine en moi.  Mes enfants sont conscients qu'ils sont mes miroirs pour moi, pour grandir et j'avoue que ma petite, lorsque je vis conflit face à elle en profite pour me glisser la phrase suivante:  "maman, tu es en désaccord avec ton principe féminin" et cela, avec un grand sourire rempli d'amour.

Au début de mon cheminement, j'ai beaucoup appliquer, mis en pratique cette technique miroir pour apprendre à me connaître, à m'aimer.  Par la suite, je me suis rendue compte que si cela était pour moi un moyen de grandir, je devais aussi m'en servir dans un autre sens.

Pendant longtemps, des années même, tout ce que les gens pouvaient me dire de "négatif", je prenais cela sur mes épaules, comme m'appartenant, c'est ce qui a fait aussi que je m'étais détruite dans mon estime de moi, ma confiance en moi.  Il est vrai aussi, que même si 99 personnes vous disent que votre robe est belle, il est fort probable comme beaucoup de gens, que vous vous laisserez gâcher votre journée par la seule personne qui vous a dit que votre robe ne vous allait pas du tout.

Je me suis alors mise à regarder mon passé, observer ce qui était survenu, appliquer le miroir dans l'autre sens.  Sur ce qu'on m'avait dit et à me poser des questions pour chaque  cas.  Est-ce que cela m'appartenait vraiment ou si l'autre se voyait en moi ? Mon mari me reprochait d'être rancunière, du fait que je n'avais point oublié ce qui était advenu à la naissance de mon fils pour son prénom.  Je ne me considérais point rancunière, je n'avais aucun ressentiment envers la personne , je lui parlais, écoutais ses conseils, le pardon lui était pas entièrement fait face à moi-même, d'avoir laisser cela se faire.  Depuis ma séparation, mon mari ne me parle pas, il fait comme si je n'avais jamais existé, m'en veut encore de la décision du divorce.  Qui de lui ou moi a une attitude de rancune ?

L'effet miroir est point un outil pour que je dise à l'autre de se regarder, il est outil pour ma seule évolution. M'en servir autrement afin de vouloir changer l'autre est de l'ego selon moi.

Je souris en tapant ce texte, me revient en mémoire  des paroles que l'on disait étant enfants:  "Celui qui le dit est celui qui l'est" et des paroles de la bible " Enlève la poutre qui est dans ton oeil au lieu de la paille dans celui du voisin."

Je pourrais donner encore plusieurs exemples du miroir puisque mes journaux intimes sont remplis de situations où je me suis regardée et j'ai appliqué cet outil pour grandir et m'aimer.  Je crois que j'ai résumé l'essentiel pour le moment.

Merci d'exister.

J'ai aussi constaté que lorsque je change ma vision des autres, que je les regarde différemment, avec amour, en ne voyant que la beauté en eux, leur comportement à mon égard change aussi . (Voir: Changer sa Vision)

Je salue la divinité en chacun de vous

Force Paix Amour et Lumière

© lumdam 2003-2013