Je trouve aussi important de mentionner cet aspect face à nos peurs car il m'est déjà arrivé de trop vouloir dépasser une peur.  De trop aller au-delà des limites présentes de cette peur.  Cela n'a fait que renforcer encore plus ma peur au lieu de la dépasser.

Un très bon exemple est la peur que j'ai de conduire loin et sur  les autoroutes.  Prenez note que ma peur des autoroutes n'est pas si quelqu'un d'autre conduit.

Cela fait 20 ans que je conduis, pourtant j'ai surtout conduit dans ma petite ville et à travers des chemins de campagne.  Je me sentais mal sur les autoroutes suite aussi à une première expérience de conduite où j'ai croisé quelqu'un roulant dans le mauvais sens sur l'autoroute.

Pourtant je suis très à l'aise quand je conduis et j'avoue que j'ai aussi le "pied pesant" comme on dit par ici.

En 1995, à l'organisme où j'oeuvrais, j'avais à servir de chauffeur et utiliser diverses voitures.  Cela ne me dérangeait nullement.  Un jour, j'ai eu à aller à 30 km en passant par autoroute, je me sentais prête et cela s'est bien déroulé.  La personne que je voyageais avait elle aussi un permis de conduire.

Peu de temps après, j'avais à amener une maman ayant une déficience légère et prendre en chemin son  bébé et les conduire à environ 30 km en prenant 2 autoroutes différentes.  J'avais environ 2 parcours de 30 minutes à faire sur ces 2 routes et  dans des heures où la circulation se fait bien même si beaucoup de voitures. Et refaire le trajet inverse ensuite.  Je me disais que tout irait sûrement bien, que cela était afin que je me dépasse avec ce nouveau trajet.  Dès l'arrêt pour le repas, je fus prise de violents tremblements, de bouffées de chaleur, la peur de conduire m'avait reprise.  Cela m'a demandé un gros effort de me calmer, respirer car j'avais la responsabilité de ces 2 personnes.  J'ai réussi à reprendre mon calme et la route pour le retour.  Le trajet s'est bien déroulé. De retour chez moi, j'étais exténuée, vidée.

La semaine suivante alors que j'avais à refaire le même transport, au moment où j'ai les clefs de la voiture en main, tremblements m'ont repris encore plus forts.  J'ai dû m'avouer vaincue, j'avais été au-delà de mes forces la première fois et là mon corps me disait que j'avais atteint mes limites.

2 ans plus tard, la vie m'a remis face au défi de la conduite sur autoroute.  Entre-temps, je réussissais à l'occasion à faire des 10-15 minutes de trajet seule sur autoroute lorsque j'avais une voiture.  Alors que j'avais demandé à l'univers l'argent pour la rentrée scolaire de mes enfants pour dans quelques mois, ma belle-soeur m'offrait de faire un remplacement à son travail.  Elle me fournissait aussi sa voiture puisqu'elle serait en congé de maternité.  Pour me rendre au lieu du travail, j'avais  30 minutes d'autoroute à l'heure des travailleurs.  J'hésitais au début tout en sachant que la vie m'offrait de relever le défi de dépasser mes limites.  J'ai dit oui et à part le premier matin où la crainte est revenue, les 3 semaines se sont bien déroulées même que cela était avec les vacances de beaucoup de travailleurs donc la rentrée progressive pour le trafic.

Par la suite, avec des gens m'accompagnant, j'ai pu faire des trajets d'une heure à une heure trente sur des autoroutes.

Il y a 2 ans, en 1999, pour une rencontre de gens de Cara à Québec (3 h de route pour s'y rendre), la peur m'a reprise, pourtant on me fournissait voiture.  Donc tout était là pour que la rencontre ait lieu.  J'ai eu beau me parler, me raisonner, comprendre d'où venait ma peur, c'était irrationnel, plus le jour de la rencontre se rapprochait et plus ma peur revenait incluant tremblement.  Je choisis donc d'écouter mes limites, je ne pouvais me permettre de risquer ma vie et celle des autres si la panique me gagnait en chemin.

La veille du rendez-vous, une amie fut prête à venir avec moi et conduire si en chemin je me sentais mal.  Le jour dit, croyez-le ou non, je faisais l'aller et retour dans la même journée et conduisant tout le long et sans malaise.

Ma peur me vient surtout du fait d'être seule, de si je peux me débrouiller s'il arrivait quelque chose.  Et aussi, j'ai compris que je ne conduis pas assez souvent et faire ainsi de longs trajets.

Depuis 7 ans, j'ai affronté plusieurs peurs, j'ai aussi appris à reconnaître, accepter et écouter mes limites du moment présent.  Ceci m'a permis de mieux les transformer.

© lumdam 2001